Translate

Enthousiasme à 15 ans

25 mars 1949
J’arrive du cercle de Mathématique du Lycée, le thème c’était Lobatchevski. Il était un mathématicien, professeur d’université, il est devenu anti-Euclidien. Il a affirmé “qu’on peut mener d’innombrables parallèles à partir d’un point qui est hors d’une droite” et il a réussi à le démontrer. (En géométrie classique, on peut tirer une seule droite parallèle.) Notre enseignante nous dit que c’est normal si nous ne réussissons pas à comprendre encore la démonstration de Lobatchevski, c’est difficile même pour elle.

Tout le monde croyait en ce temps-là en Euclide. Mais moi, j’ai toujours pris le parti de ce qui est nouveau. N’est-ce pas Lénine qui a dit: le socialisme va toujours vers le nouveau et c’est la jeunesse qui embrasse le mieux le progrès? C’est décidé, j'étudierai les démonstrations de Lobatchevski quand j’en saurai assez, je consacrerai au maximum une année pour les comprendre. Il faut que je les comprenne.

Mais la raison pour laquelle, - 1 multiplié par - 1 est égale à + 1, je vais me la faire expliquer plus rapidement. L’algèbre est si belle, si claire et si compréhensible. Le seul point que je n’arrive pas à piger encore est le -(-1). La géométrie me paraissait jusqu’ici trop irréelle, sans importance, plate ; je ne savais pas que c’est la géométrie d'Euclide qui était ainsi. Je crois que je viens de trouver enfin la vraie géométrie, celle selon Lobatchevski.

Mais je voudrais tant vivre à Cluj, être avec mes amies qui sont restées là-bas et étudier dans un lycée hongrois !

10 mai, 1949
Je me suis aperçue d’une chose intéressante: je sens que je me développe.

Chaque film et chaque bon livre russe me font progresser. Pour le moment mon livre préféré est “l’Atelier de feux” de Polevoï. J’ai vu le film “Un homme véritable” et depuis j’ai plus de volonté. Je ne voudrais pas me vanter, mais ce serait bien si toutes les UTJ-istes étaient comme moi. Cette année je voudrais partir avec 600 filles à l’entraînement pour la préparation de la parade sportive, j’espère qu’ils me prendront. J’ai fini trois compositions, j’ai pris des engagements à partir du 1er Mai, depuis j’apprends toutes mes leçons, je me lève tôt...

Dehors le ciel est couvert mais il ne pleut pas, pourtant il le faudrait pour la récolte. Quand je pense à la Transylvanie, j’ai encore le cœur serré. J’étais à Cluj pendant les vacances de Pâques. Ma petite cousine Mariette est devenue si belle, si intelligente et elle est si mignonne qu’il faudra la filmer, surtout quand elle chante ! J’ai déjà mangé une fois des tomates.

Hier soir la tante de maman, Palma, est venue chez nous. Son fils est en prison, je crois qu’il a trafiqué dans son entreprise (il était directeur.) Palma avait des domaines, on les lui a pris, et avec, tout le reste. Elle racontait presque avec étonnement : “Aujourd’hui si on a un domaine, qu'on achète les graines et qu'on les fait cultiver, on n'en tire même pas de quoi vivre!” Elle a même ajouté : “On voudrait que ce soit moi qui bêche, qui travaille!” Je lui ai demandé alors : “On peut encore faire travailler son domaine par quelqu’un d’autre?” D’après maman, j’ai manqué de tact, pas d’après moi. Palma m’a répondu : “On ne peut plus louer notre terre, seulement engager des journaliers. On est donc obligé de rester sur place.”

Lisette m’a écrit, elle va bien et se prépare à se marier, je devrais lui répondre. Je devrais écrire aussi à mes cousins, mais ils vivent dans un monde si différent du mien, que je n’ose plus leur écrire : Suzanne vit en Israël, Peter en Suisse. Mais j’écrirai à grand-mère, elle me comprend toujours.

Je crains que nos chemins ne se séparent si Vera s’arrête et que je continue à me développer et devenir plus consciente de la lutte à mener, plus militante. Irène est idéologiquement dans la même période que celle où j’étais il y a deux ans, mais pour elle c’est plus difficile de progresser, non seulement elle est adulte mais elle avait été déportée, elle a traversé tellement de choses.
Je lutte de toutes mes forces pour le socialisme en Roumanie. Je m’efforce de faire des progrès chaque jour. Je n’ai plus peur des examens. Je voudrais participer à l’organisation des pionniers.


26 mai, 1949
C’est si intéressant de sentir que je me développe toujours. Je crois, (j’en suis presque sûre), que j’ai réussi à assimiler la morale prolétarienne. Ce qui veut beaucoup dire ! Depuis le quinze avril je suis en compétition avec une meilleure étudiante que moi et je n’ai que des 16 et 18. Presque tous mes devoirs seront au-dessus de 16, (au moins jusqu’à maintenant c’est ainsi.) Je me prépare avec un grand élan aux examens. Mais qu’il serait bon d’étudier dans un lycée hongrois ! J’ai acheté les livres d’étude hongrois et je les relis souvent, ils sont si bien. Je ne désire plus habiter à Cluj, je n’ai plus le temps même d’y penser. Il est possible (90%) que je puisse aller avec les autres filles en juillet dans le campement de Cimpu Lungu pour nous préparer à la manifestation sportive de 23 août .

Ces jours-là je pense souvent, comme le communisme nous montre clairement le chemin. Tout est comme de la vitre transparente. On peut voir l'avenir nettement. Dans le cercle politique, on a parlé de ce qui allait être après le communisme. D’après la loi de la dialectique, bientôt, mais sûrement dans 50 ans environ, il y aura partout une société communiste. Mais après, le monde ne peut pas s’arrêter. Il faut qu’il continue à se développer !

Comment sera la société suivante ? Je pourrai encore la vivre, parce que dans 50 ans, vers la fin du siècle, j’aurai seulement 65 ans. J’ai commencé à y méditer. C’est possible qu’en 2000 les pays seront unis. On découvrira de nouveaux moyens de production, qui sait encore lesquels.

Cette maison est remplie de fourmis. J’ai peur qu’elles me mangent. Nous apprenons maintenant tout selon les lois de la dialectique :: « on ne peut pas regarder une chose coupée du reste. » Tout est énormément relié. Tout dépend de tellement des choses !

Ma tête en est pleine. Mais malgré tout, même un capitaliste de 45 ans ou un homme vivant dans le monde capitaliste, n’aperçoit pas l'avenir du monde aussi clairement que moi !

7 Novembre, 1949

J'ai été admise ! Je suis devenue l'UJT’ste !
Membre l’Union des Jeunes Travailleurs.

J’ai viens de recevoir ma carte de membre ! C’était mon but pendant toute une année entière. À cause de cela, je n’ai plus rien écrit dans ce cahier depuis des mois, pourtant j’aurais eu beaucoup à raconter, mais j'avais décidé que les dernières lignes, la dernière page contiennent la réussite de ce but. Maintenant je me remets à travailler avec un nouvel élan.

Il est possible, quand même, que maman ait eu raison en me disant :
“Quand quelqu’un atteint un but très fortement désiré, il est toujours un peu déçu. ”
Deux ouvriers de Hongrie ont répondu à ma lettre publiée dans le journal “Le Peuple libre” avec le thème « pendez Rajko ! » (ils l’ont pendu). L'un me disait “une fille comme toi qui voit la vie devant elle comme un film, peut devenir l’exemple pour 100 autres”. L’autre m'a écrit: “il n'y a qu'une enfant d’ouvrier pour s'exprimer ainsi”. J’ai eu honte. J’essaierai de mériter leur confiance.

JE SUIS UTJ-ISTE !

J’ai commencé ce cahier il y a un an et demi, depuis je me suis énormément développée, j’ai étudié et aussi grandi. (Enfin on a coupé aussi mes cheveux !) Mais c’est vrai, ce qu’a dit un savant grec : “Quoi que sache un homme, il ne sait toujours qu’à peine”. Cela s'est avéré pour moi pendant ces derniers mois, surtout du point de vue idéologique et politique.

16 years old

Je suis devenue une grande fille, mais j’ai encore plein de défauts. Je n’ai pas d'amies ni amis à Bucarest, les anciennes sont loin. Je n’étudie pas assez bien pour réussir à accomplir mon désir d’étudier en Union Soviétique ou dans d’autres pays, comme la Hongrie par exemple.

1 commentaire:

Sophos a dit…

c'est ca l'entousiasme de la jeunesse ....
Esperant tant du monde qui nous entoure, du monde de notre terre ...
cela me rapelle ce que j'avais moi-même marqué dans mon journal (j'en avais fait un ;-)
A une époque ou deux grands de ce monde (maudie mémoire ...manque les noms et la date ....) s'étaient serrés la main, image forte que j'avais découpé dans le journal de l'époque, que j'ai retrouvé il y a peu de temps !
cela m'avait empli de joie, d'espérance .... sur la paix ...
Quand je vois aujourd'hui notre monde .... les espoirs sont malheureusement décus, et cela ne s'arange gure ...ce serait plutot le contraire ...
Et pourtant, quel espoir nous portait à l'époque .....

sophos