Translate

Mes plaisirs à 19 ans

24 juillet 53

Demain commence le Congrès International de la Jeunesse. Je voudrais écrire, mais pas maintenant, c’est déjà minuit, entre le 24 et 25 juillet. Bonne nuit mon journal.

22 août

Il est vraiment dommage que je n’écrive pas tous les jours au moins un quart d’heure. Dommage que je n’ai pas écrit pendant le Festival de la Jeunesse. Il sera difficile de me souvenir, pourtant je veux tout décrire de ces jours-là magiques. C’est comme la gymnastique, je devrais en faire 15 minutes chaque jour et je le néglige.

Regretterai-je une fois, qu’à 19 ans je n’ai pas encore été embrassée par un seul garçon ? Que je ne me suis pas assez amusée ?

Alina a reconnu ses torts et... Ensuite Vera était chez moi (envoyée de son école pour un stage dans une usine de fromages de Bucarest) et en sa présence, je ne pouvais pas écrire.

Maintenant, je suis en train de préparer mes examens. C’est une mauvaise raison, je n’apprends que de 4 à 7 heures par jour (trop peu!), je pourrais écrire le reste du temps. Dans ce cahier, je n’écrirai plus que des choses quotidiennes et je le terminerai en même temps que mes examens. J’espère écrire sur la dernière page : “ tous mes examens ont réussi ! ”

Ce Festival de Jeunesse, mènera-t-il à quelque chose de bon ? Je l’espère. Je devrais me mettre à étudier mais j’ai faim. En réalité, ceci n’est qu’un prétexte. Je ne sais pas comment étudier “l’analyse ” mais je m’y mets. Au revoir.

25 septembre

Je ne peux me louer (que tous les examens de Faculté pour l’année soient passés) parce que le Prof de Russe ne m’a pas laissée passer. Mais les autres examens ont mieux réussi que je ne le pensais. En Physique et en Marxisme j’ai eu 20/20, en Chimie aussi,, ou au moins, 18/20. J’espère que j’ai passé la Descriptive (sûrement) et j’ai encore devant moi les Math.

J’ai fait la connaissance d’un garçon qui me plaisait (autant qu’on puisse en juger en quelques heures) et bien sûr, ce n’était pas réciproque. Mais on ne peut pas me connaître si rapidement, surtout si je me tais, comme je l’ai fait cette fois ci. 8 octobreLes maths ont été un succès (20/20) mérité. Je l’ai vraiment mérité : j’avais fait des exercices toute l’année et avant l’examen, j’ai étudié 14 heures par jour.

30 octobre 1953

Aujourd’hui, je me suis convaincue que je suis superficielle. Je pense trop peu, c’est mauvais. Je lis beaucoup mais pas avec assez d’attention. Je ne pense pas profondément à ce que voulait dire l’écrivain, seulement à ce qui se passe et aux conclusions qui sautent aux yeux. Erik avait raison en tout ce qu’il m’a dit, mais surtout, ce qu’il n’a pas dit : je suis superficielle. Nous discutions du livre “ La septième croix ” d’Ana Seghers. Pour le moment, je ne sais que faire.

Je devrais reprendre les livres que j’ai lus et les lire comme il faut. Je pourrais ouvrir un cahier et y mettre ce que j’en pense. Même les récits de Hamlet ou Othello en soi sont assez simplistes. Il y eut un temps où je me demandais pourquoi ces pièces sont aussi renommées et célèbres. Jamais je n’ai eu la patience de les lire lentement, mot à mot, en réfléchissant en profondeur sur ces pièces de Shakespeare, je les parcourais rapidement, en un ou deux jours seulement.

10 novembre, 53

L’ART ! Je crois que c’est seulement maintenant que je me suis aperçue de ce que c’est en réalité. Je sens que dorénavant j’arrive à ressentir vraiment un poème de Heine, un roman de Seghers, une mélodie de Rimski Korsakov. J’ai découvert la musique ! D’un coup j’en suis assoiffée, affamée. Pourquoi ? Je crois que je suis devenue mûre pour cela. Je le dois aussi à Erik et peut être même à Steinberg ? Non, pas possible. Et puis à ma chambre renouvelée qui dorénavant a aussi une radio avec un tourne-disque et puis qui sait encore pourquoi. Mais tout me touche profondément, me bouleverse. Une sonate de Beethoven ou une valse de Strauss. Il est aussi possible que ce soit seulement l’influence du livre “ La septième croix ” ?

Je commence à comprendre que je n’ai pas le droit d’écrire. Au moins, pas avant mes 50 ans.

20 décembre 1953 (Est-ce pas le début de mon 5e cahier en fait? je dois vérifier!)

Depuis quelques mois j'ai commencé à mûrir. J’étais plutôt renfermée, je commence à m’ouvrir. On me dit que jusqu’ici je n’étais pas vraiment “grande fille” : je suis en train de le devenir.

Je ne suis plongée dans la vie réelle que depuis quelques mois. Jusqu’ici c’est surtout la lecture et l’école qui m’intéressaient. Dans ce nouveau, joli cahier j'essaierai de décrire mes joies et mes divers plaisirs, pour me les rappeler plus tard.

Mes plaisirs ?

J'ai déjà eu du plaisir à lire 'Bibi' de Karine Michaëlis, les poèmes de Petöfi, les préfaces amusantes de Kästner, les contes de Lamb sur les pièces de Shakespeare, et aussi en voyant des opérettes, surtout l'opérette hongroise “Jànos Vitéz”. Mais je me rends compte que ce n'était pas une joie profonde, seulement superficielle. Est-ce vrai ?

J’aime beaucoup les ballets, jusqu’ici c'est Coppélia que je préfère. Je vais souvent au théâtre et ne rate aucun film. Je suis déjà allée à l'opéra (juste sept fois) pourtant c’est seulement la "Dame de Pique" qui m’a plu du début jusqu’à la fin. Cette saison, je n’y ai été qu’une seule fois, car c’est très difficile de se procurer des billets, mais j’ai déjà entendu deux fois à la radio la Traviata et ça m’a beaucoup plu.

Je commence à m'intéresser à la musique classique. Je ne me suis pas encore aventurée très loin dans ce domaine, je ne suis arrivée que dans son antichambre. Je la connais mieux en théorie que pour l'avoir entendue : j'ai plus lu sur Beethoven qu’écouté, et plus écouté qu'apprécié. Mais je sens que je suis sur la bonne voie. Je suis en train de découvrir un nouveau monde. J’ai commencé à aller aux soirées musicales de l’Université et j’irai écouter un concert à l’Athénium, si possible chaque semaine. J'aime les concerts, mais je ne les ai écoutés qu’à la radio. Je n’aime pas encore tout, mais le Concerto pour Flûte en Ré Majeur de Mozart et surtout la 5e symphonie de Beethoven m’ont beaucoup plu. J'ai une bonne faculté d’imagination, mais si avant d'entendre Shéhérazade j'avais pu lire les récits des Milles et Une Nuits, peut-être l'aurais-je mieux compris.

Je me sens encore plus éloignée de la peinture et de la sculpture, mais il y a un temps pour tout. C'est dans la littérature, que je me sens le mieux : je réussis à avoir le même plaisir avec un bon roman, une pièce de théâtre ou un poème.Il est possible que mes goûts et jugements ne soient pas bons, car par exemple je n'aime pas Balzac (Marthe l’adore) ; par contre, je connais déjà presque par cœur les romans humoristiques sur les légionnaires de l'écrivain hongrois Howard. Je pense qu’on ne doit pas, qu'on n'a pas le droit d’accepter l'opinion des autres (même s’ils sont plus nombreux, plus intelligents et plus cultivés que nous). Je n’admets leur opinion que si elle coïncide avec la mienne. Donc je ne vais jamais considérer la musique de Beethoven comme “grandiose” tant qu'elle ne me plaît pas vraiment beaucoup à moi.

Je sais que mon point de vue peut être influencé par mille choses autour de moi. Je sais que je suis subjective. Mon âge, ma jeunesse y contribuent aussi. Ce qui me paraissait ennuyeux il y a quelques années me ravit aujourd'hui, ce qui me plaisait fantastiquement, par exemple les romans de Polevoï, m'ennuie aujourd’hui. Ceci m'arrivera sans doute encore. J'ai décrit mes plaisirs culturels aussi pour voir ce qui en restera, ce sera intéressant, pour moi et peut être pour d’autres de suivre mon évolution (j'espère qu'on le pourra).

2 commentaires:

Sophos a dit…

je trouve cela interessant ;-)
Au contraire !
Mais aujourd'hui ...tes gouts ont-ils vraiment changé ?
Pour ma part, j'empile ..... je ne change pas vraiment ... que ce soit en lectures (j'apprécie toujours les choses que je lisais autrefois ....sauf que j'aprécie d'autre choses en plus !!!
Idem pour la musique ...s'ajoute plein de choses nouvelleement découvertes ;-)
du coup ....cela fait une tonne de chose que j'apprécie ....

Aller !
A plus cette fois !!!
sophos qui avait oublier cet article dans le 4ième journal ;-)

julie70 a dit…

Et heureusement, qu'on fait des nouvelles découvertes, lentement. La sculpture, surtout celui de mon amie Stéphanie découverte vers 40 ans, la photographie, dont je me passionne ses dernières années.

Mes les livres restent encore les plus passionants ou alors, disons ce que les auteurs me disent à travers eux. Et ce que les gens disent à travers leurs blogs de leur vie et ce qui leur entoure.